Qui parle d’éducation bienveillante ?

Cela faisait 3 ans que je n’avais pas publié d’article sur mon blog. Je pense que cette absence d’activité fait qu’il n’apparaît plus quand on tape les mots « éducation bienveillante » dans les moteurs de recherche.

Je me suis donc questionnée sur l’utilité de l’existence de mon blog… Et suis allée lire les articles qui apparaissent en première page de recherche. Je vais présenter le panorama et pousser mon « coup de gueule » notamment sur certains journalistes de magazines qui n’y connaissent rien du tout et racontent n’importe quoi !

https://apprendreaeduquer.fr/education-bienveillante/

Ici, j’ai beaucoup apprécié l’approche théorique et les ressources. J’ai vu que l’article date de mars 2015, à peine 2 mois avant la mise en ligne de mon blog 😉 Les ressources sont les mêmes que les miennes. Ce blog semble très actif, avec plein d’articles super intéressants.

https://lesprosdelapetiteenfance.fr/bebes-enfants/psycho-pedagogie/education-bienveillante-etre-lecoute-des-tout-petits-et-de-leurs-emotions/education-bienveillante-de-quoi-parle-t

Pareil ici, les concepts théoriques y sont très bien expliqués. Et on y trouve des liens avec des articles d’Isabelle Filliozat et Catherine Gueguen, deux personnalités très actives en faveur d’une approche bienveillante envers les enfants.

http://www.educationbienveillante.com/

Quand je cherchais un nom pour mon blog, j’avais vu que le « .com » était déjà pris, à l’époque par le site des supers parents. Maintenant, c’est une formatrice en éducation positive. Je trouve la première approche très généraliste, pas vraiment aidante mais elle met un lien vers son site où elle propose une formation en ligne gratuite, peut-être plus aidante, je n’ai pas été plus loin.

Et donc, il y a le site des supers parents :

https://www.les-supers-parents.com/14-outils-de-parentalite-positive-et-bienveillante/

J’adore Camille et Olivier ! Ils sont à la fois théoriques et très concrets. Ils ont d’ailleurs collaborés avec Isabelle Filliozat pour créer une formation en ligne et sont devenus des pro d’internet. Ils sont très actifs. Personnellement, j’adore.

J’avais même hésité à publier mon blog face à la qualité de leur contenu. Et puis, j’ai écouté Laurent Chenot, un pro d’internet qui pense que pour un même sujet, chaque approche est intéressante car chacun a son vécu et sa façon bien personnelle de s’exprimer qui va pouvoir aider.

C’est vrai que j’aime beaucoup l’authenticité de ce couple et en même temps, en tant que maman solo, j’ai du mal à m’identifier à leur vie, avec parfois un pincement au cœur à me dire que j’aimerai tellement avoir un conjoint soutenant et être deux pour accompagner mes enfants… Et cela s’est vérifié dans mes ateliers car la majorité des participants étaient des mamans solo ou des mamans dont le papa ne s’intéressait pas au sujet de l’éducation bienveillante. Elles étaient rassurées de voir que même seule, ou si le papa n’est pas aussi soutenant qu’elles aimeraient, c’est possible de faire évoluer leur relation avec leur enfant.

Bon, moi, je ne suis pas une pro d’internet, je ne vis ni de mon blog, ni de mes ateliers, je suis juste un colibri qui ressent le besoin bouillonnant de partager sur ce sujet qui a changé ma vie et peut aider à en changer bien d’autres. Alors poursuivons sur cette question de qui parle d’éducation bienveillante ?

https://pouruneeducationbienveillante.fr/

Ici, l’approche est de grande envergue, il aborde le rêve grandiose de la paix dans le monde par le biais de rencontres locales. Cette approche m’a fait penser au mouvement du Printemps de l’éducation. Ici, ce sont avant tout les actions locales concrètes qui comptent. Je n’y ai pas trouvé le moyen de comprendre ni de pratiquer une communication bienveillante. Mais je trouve très encourageant, de voir autant d’actions locales.

Il y a aussi des journaux ou magazines qui parlent d’éducation bienveillante. Mais là, c’est imprécis voire même, je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’ils écrivent ou disent.

https://www.journaldesfemmes.fr/maman/guide-des-parents/1852554-education-positive/

Ici, on lit « Qu’est ce que l’éducation bienveillante ? » la question est intéressante, mais le texte est très générique, avec des principes sans grandes ressources.

Puis « Comment appliquer ces principes au quotidien » ? J’ai relu 3 fois et vraiment, à la fin de la lecture, je ne vois vraiment pas comment appliquer ces principes.

Principes, qui sont d’ailleurs présentés de telle façon que soit on les connaît déjà et on n’apprend rien ; soit on ne les connaît pas et cela nous conforte dans l’idée que c’est n’importe quoi. Avec notamment cette idée « le fait de rester calme et positif face à son enfant lors d’une confrontation est la meilleure attitude parentale à avoir. » Alors, là, je ne suis pas du tout mais alors PAS DU TOUT D’ACCORD  ! Cela va à l’encontre de la valeur principale que je partage qui est l’authenticité émotionnelle. Comment voulez-vous rester calme face à un truc qui vous énerve ? En quoi c’est bienveillant ???? Il n’y a pas soit la violence d’un côté, soit l’absence d’émotion de l’autre !

Et la suite « Comment punir l’enfant en cas de bêtise ? » Ici, c’est plein de jugements, avec la notion de « convenir aux attentes des parents ». Je suis de nouveau choquée, cela n’a rien de bienveillant. Chaque formulation de ce paragraphe me consterne.

Dans le même genre :

https://www.parents.fr/videos/etre-parent/education-bienveillante-mon-enfant-ne-veut-pas-mettre-ses-chaussures-comment-faire-432294

Petite vidéo qui se veut concrète avec une solution soit disant facile à mettre en œuvre pour gérer cette situation précise d’un enfant qui ne veut pas mettre ses chaussures avant de sortir. C’est tout à fait le genre de vidéo que je désapprouve. Quand on est concerné par ce genre de difficulté, c’est que l’on n’a pas encore accès aux habilités bienveillantes. Ce sont donc des solutions impossibles à mettre en œuvre dans l’urgence de la situation. C’est culpabilisant pour le parent qui voudrait y arriver et se confronte à l’échec. J’ai trop entendu ces témoignages pour ne pas avoir envie d’alerter.

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-29-avril-2020-0

Ici aussi, on peut lire ce qui se voudrait un bon conseil : « Parents, prenez soin de vous : prenez du repos, et ménagez-vous des moments de calme. Ainsi vous pourrez mieux accueillir vos enfants. Pas de dogme, mais du pragmatisme : avec vos enfants, bricolez, innovez, testez… » Là encore, je trouve ces conseils culpabilisants car difficiles à mettre en œuvre quand on se sent fatigué et en conflit avec ses enfants.

Et j’en arrive aux articles qui confirment le mal que ces magazines propagent.

http://www.mamanvogue.fr/quand-leducation-bienveillante-me-saoule/

Super article qui montre clairement combien les principes de bienveillance sont mal compris, mal mis en œuvre et à quel point le parent se retrouve dans un étau entre l’envie d’agir pour le bien-être de son enfant et l’envie d’agir pour son propre bien-être.

8h30 ce matin – Salle d’attente d’un médecin.

« Mon chéri, maman est très en colère…elle voudrait que tu cesses ce vilain caprice, Mattéo, et que tu laisses les journaux tranquilles. Remets-les à leur place, s’il-te-plaît… » Et bla, bla, bla. Et vas-y que ça négocie tel un agent du FBI en pleine prise d’otage. Moi, j’ai juste envie de lui expliquer, à ton Mattéo, qu’il nous casse carrément les oreilles à 8h du mat et que je vais probablement être vachement moins patiente que toi dans 5 minutes…. Que, moi, ton éducation bienveillante, elle me saoule ! Elle me saoule parce qu’elle est peut-être bienveillante pour ce cher Mattéo, mais ni pour moi ni pour mon bien-être. Comme dirait l’autre, la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres.

Mais quel parent, normalement constitué, avec une vie à 1000 à l’heure, et malgré ses principes éducatifs, arrive à garder un calme olympien et un total positivisme face à ça ?

Ici, il y a la croyance que la maman du petit Matéo est bienveillante pour son enfant. Mais pas du tout ! Elle dit qu’elle est en colère tout en masquant tout signe de colère. C’est l’exemple parfait de l’incongruence qui ne rime à rien. Son attitude n’est bienveillante pour personne et elle ne parviendra pas à entrer en lien avec son enfant comme ça.

Ma proposition pour la maman de Matéo est de dire avec authenticité : « Matéo, dans cette salle d’attente du médecin, nous avons besoin de calme et quand tu joues avec les magazines ça fait trop de bruit, je voudrais que tu te poses ici où je pourrai te lire une histoire dans le calme. » Et c’est difficile d’écrire le ton de la voix mais elle doit être en accord avec l’émotion, ici l’agacement. Dans cette proposition, on est en congruence entre les mots et l’émotion du parent. On est aussi dans la bienveillance pour l’enfant, soi même et les autres.

Ma proposition pour la personne qui observe la maman en échec dans sa tentative de communication bienveillante : « Madame, j’ai l’impression que Matéo ne vous entend pas. Souvent, l’intervention d’une personne extérieure a plus d’impact alors je vais lui dire. Matéo, dans cette salle d’attente du médecin, nous avons besoin de calme et quand tu joues avec les magazines ça fait trop de bruit, je te propose de te poser ici et si maman est d’accord, elle pourrait te lire une histoire, vous êtes d’accord Madame ? » La bienveillance, c’est aussi soutenir un parent dans la gestion d’un comportement difficile de son enfant.

Ce qui attire mon attention dans cet exemple de situation, c’est la mauvaise compréhension des principes de bienveillance. Elle semble croire, comme malheureusement, l’écrivent certains magazines que la bienveillance, c’est être zen, toujours calme et souriant. Et d’un côté, le concept lui donne envie, qui ne rêve pas d’être tous les jours joyeux, calme et serein ? Bien sûre que l’on comprends que pour l’enfant, c’est plus agréable d’avoir ce genre d’interlocuteur. Mais de l’autre, elle a conscience que rester toujours calme et nier ses émotions au profit de l’enfant ce n’est pas naturel, ce n’est pas sain. Elle semble osciller entre vouloir être bienveillante pour son enfant et vouloir se conforter que ce n’est pas si grave de ne pas l’être quand c’est bien pour soi… et aussi pour l’enfant, dans l’urgence d’un danger. Et elle se sent jugée par les mamans qui entrent dans ce jeu de rôle.

Alors, je veux dire merci à ces mamans qui osent le « coup de gueule » ! Merci de montrer combien ce concept est ridicule. Donc oui, l’éducation bienveillante n’a pas de sens. Mais sachez que la communication bienveillante n’est pas un jeu de rôle à la mode zen attitude. Et il existe des outils pour aller à la rencontre de ses émotions et réussir à les exprimer avec authenticité.

La bienveillance n’est pas un jeu de rôle à la mode zen attitude mais une relation authentique.

Pour moi, il n’y a pas à choisir, il y a bienveillance quand c’est bien pour l’adulte et l’enfant. Si la balance penche du côté de l’adulte, c’est qu’on est plus en posture éducative et si elle penche du côté de l’enfant, c’est qu’on est plus en posture laxiste. La bienveillance, c’est l’équilibre et le respect des besoins de l’un et de l’autre.

En plus, j’adore, quand elle propose de définir l’éducation bienveillante, elle relève le paradoxe entre ces 2 termes tout à fait antinomiques que sont l’éducation et la bienveillance ; ce dont je parle aussi dans mon article provocateur « Je ne crois plus en l’éducation bienveillante ».

http://education-bienveillante.fr/je-ne-crois-plus-en-leducation-bienveillante/

A la fin de son « coup de gueule », elle parle de l’éducation bienveillante comme d’une mode qui obligerait de se comporter d’une certaine manière dite bienveillante, non par choix mais juste pour suivre un mouvement. J’avais aussi relevé cette notion de mode dans des articles de magazines. Personnellement, je crois que cette notion de bienveillance n’est pas un phénomène de mode mais qu’il s’agit d’une évolution des mentalités.

Dans cette lignée des « coups de gueules » :

https://www.clubmamans.com/blog/2020/04/30/education-bienveillante-ce-concept-qui-me-depasse/

Ici, on retrouve les difficultés de mise en œuvre qui poussent à se rassurer que ce n’est pas si grave si on n’y arrive pas. Et surtout, cette idée que la bienveillance, c’est rester toujours calme. Encore une fois, je veux insister sur le fait que cette notion de calme, camouflant sa réelle émotion est particulièrement nocive et en totale contradiction avec la bienveillance.

Ensuite, cette maman relève la difficulté de changer ses vieux réflexes et cela, j’en parle énormément durant mes ateliers car c’est vrai que c’est un gros travail de développement personnel. Mais quand on ose aller sur ce chemin, c’est tellement agréable, qu’il est impossible de revenir en arrière. Donc au début, on s’accroche et c’est à cela que servent les fiches outils à télécharger gratuitement depuis mon blog.

https://www.parents.fr/podcast/galere-sa-mere/leducation-bienveillante-franchement-qui-y-arrive-431574

Ici, c’est super déculpabilisant d’entendre que d’autres galèrent. Mais encore et encore cette idée que l’éducation bienveillante c’est rester calme, toujours cette pression de la zen attitude.

J’ai vraiment envie de bien définir la base de la bienveillance qui est l’authenticité.

En conclusion, sur la première page de résultats de recherche des mots clés « éducation bienveillante », j’ai trouvé :

– des blogs qui apportent de belles ressources pour comprendre et mettre en œuvre une relation bienveillante avec les enfants,

– des magazines qui effleurent le sujet avec des idées fausses, des conseils qui mènent la plupart à l’échec, ce qui engendre un sentiment de culpabilité et n’aide pas vraiment à évoluer.

– des blogs qui osent le « coup de gueule » contre les comportements qui se voudraient bienveillants mais sont en fait laxistes et qui assument leur difficulté à développer leur communication bienveillante.

 

Maintenant que j’ai une vision de qui parle d’éducation bienveillante, comment la presse en parle et quelles conséquences ces articles ont, j’aimerai que mon blog parvienne à faire passer le message que la bienveillance, ce n’est pas rester calme ou zen mais parvenir à être plus authentique envers ses émotions, ses besoins et les exprimer dans le respect de l’autre.

Avec bienveillance,

Karine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *