6.1- Besoins et droits des enfants

Quand j’ai mis en place les outils de la bienveillance à la maison, j’aurais voulu qu’ils soient aussi mis en place dans l’école de mes enfants, afin de maintenir la cohérence. Constatant que c’était difficile de faire évoluer la situation existante, j’ai réfléchis aux croyances qui créent la résistance et me suis intéressée aux lois et aux choix d’instructions.

Besoins et droits

 

Nous, les adultes, avons un certain vécu, nous avons en mémoire nos expériences chargées d’émotions, nous avons acquis des croyances et des valeurs, volontairement ou pas. C’est avec tout ces bagages que nous abordons nos relations humaines et encore plus nos relations avec les enfants.

Avec les enfants, nous ajoutons à nos bagages une croyance que les enfants, en l’absence de certaines connaissances et expériences, ne peuvent pas savoir ce qui est bon pour eux. Alors nous développons la conviction de savoir, grâce à nos bagages, ce qui est bon pour les enfants, ce dont ils ont besoins. Nous attendons que l’enfant s’instruise grâce à nos savoirs.

En fait, dès la naissance, l’enfant n’attend pas que l’adulte lui dise ce dont il a besoin. L’humain connait et communique instantanément sur ses besoins. Il est doté dès la naissance, non seulement du matériel cérébral nécessaire pour apprendre mais surtout l’enfant est fondamentalement déterminé à s’instruire dès lors que ce savoir répond à son besoin.

L’éducation bienveillante veille au respect des besoins de l’enfant. D’un point de vue juridique, la Convention internationale des droits de l’enfant, veille à l’intérêt de l’enfant et ses droits. La France y adhère depuis le 20 novembre 1989.

Les droits de l’enfant sont des droits humains spécifiquement adaptés à l’enfant. Car ce qui caractérise l’enfant, c’est sa jeunesse et sa vulnérabilité. L’enfant est un être en pleine croissance, un adulte en devenir, qui n’a pas les moyens de se protéger seul. Les droits de l’enfant tiennent compte de sa fragilité, de ses spécificités et des besoins propres à son âge.

Droit à la Vie : Le droit à la vie c’est la chance de pouvoir vivre sa vie. C’est le droit pour les enfants de ne pas être tués, mais c’est aussi, le droit de survivre et de se développer convenablement.

Droit à l’Eau : Le droit à l’eau implique le droit à une eau saine et de qualité, ainsi que le droit à des moyens d’assainissement adéquats. Ce droit est vital à la santé, la survie et au bon développement de l’enfant.

Droit à l’Alimentation : Le droit à l’alimentation c’est le droit, pour chaque enfant, de manger, de ne pas mourir de faim, et de ne pas souffrir de malnutrition. Toutes les 5 secondes un enfant meurt de faim dans le monde.

Droit à la Santé :Le droit à la santé permet aux enfants d’être protégés contre la maladie et de s’épanouir pour devenir des adultes en bonne santé, contribuant ainsi au développement de sociétés plus dynamiques.

Droit à l’Identité :Un enfant a le droit d’avoir un nom, un prénom, une nationalité et de connaître ses parents. Le droit à l’identité de l’enfant c’est la reconnaissance officielle de son existence et de ses droits.

Droit à l’Éducation : L’éducation permet à chaque enfant de recevoir une instruction, de s’épanouir dans sa vie sociale et de construire son avenir. Ce droit est essentiel au développement économique, social et culturel.

En France, l’instruction est obligatoire et peut se faire à l’école ou à la maison. L’école peut être publique, privé sous contrat ou hors contrat. L’instruction à la maison peut être formelle  (avec des professeurs), par correspondance (CNED) ou informelle (sans professeur).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Droit aux Libertés : Les enfants ont le droit de s’exprimer, d’avoir une opinion propre, d’avoir accès aux informations et de participer aux décisions qui les concernent. Les enfants ont aussi le droit à la liberté de religion.

Liberté d’expression : Chaque enfant a le droit d’exprimer librement ses opinions sur toutes les questions qui concernent sa vie. Aussi, un enfant ne doit pas être victime de pression de la part d’un adulte, qui chercherait à le contraindre ou à l’influencer dans son opinion et qui l’empêcherait de s’exprimer librement.

La liberté d’expression des enfants implique également leur droit à l’information. C’est le droit pour les enfants de savoir ce qu’il se passe et d’accéder aux informations qui les intéressent. Les enfants peuvent ainsi appréhender les problématiques actuelles, s’informer et se forger leur propre opinion sur des thèmes d’actualité.

Liberté d’opinion : Les enfants ont le droit d’avoir une opinion, distincte de celle de leurs parents. Tout en tenant compte de leur âge, ainsi que de leur degré de maturité et de discernement, les enfants ont le droit à ce que leur opinion soit prise en considération. Les États, les communautés et les parents ont donc le devoir d’écouter les enfants et d’accorder une considération particulière à leurs opinions lorsque les décisions qu’ils vont prendre les concernent.

Droit à la Protection : Chaque enfant a le droit à un environnement protecteur pour préserver son bien être. Il a le droit d’être protégé contre toutes les formes de maltraitance, de discrimination et d’exploitation.

Il existe une corrélation évidente entre l’éducation bienveillante et les droits des enfants notamment en terme de droit aux libertés d’expression, d’opinion et droit à la protection.

 

SOMMAIRE :

1- Bienvenue.
2- Pourquoi en parler ?
3- Comment faire ?
4- J’adhère mais je galère !
5- Bienveillance commence par soi.
6- Bienveillance et apprentissages.
   6.1- Besoins et droits des enfants,
6.2- Bienveillance à l’école,
6.3- Bienveillance et Instruction en famille.
6.3.1- Loi sur l’instruction,
6.3.2- Choix de l’IEF,
6.3.3- Apprentissages informels,
6.3.4- Enquêtes de l’IEF,
6.3.5- Socialisation,
6.3.6- Liberté, bonheur et apprentissages,
6.3.7- Diplômes et vie professionnelle suite à l’IEF.
7- A propos de moi.

LIRE LES ARTICLES :

Alors aujourd’hui…